postheadericon Edito

Avoir été créé pour disparaître ?

La question de notre résurrection est au coeur de la liturgie de ce dimanche. Cette question ne sera jamais simple ni évidente, cependant elle nous concerne tous et de près, nous et ceux que nous avons aimés et qui ont déjà vécu le passage.

Si nous croyons que la mort a le dernier mot, nous devons tous nous considérer comme des gens en sursis, et tout ce que nous pouvons faire se trouve buter contre le mur du sens.

Nous sommes invités à suivre l’enseignement de Celui qui est notre lumière et notre vie. Les Hébreux ont mis longtemps pour parvenir à la croyance en la Résurrection ; notre première lecture de ce dimanche date d’à peine 200 ans avant le Christ : c’est en effet une des premières traces de cette Foi.

Les auteurs des évangiles rapportent le témoignage d’un Jésus ressuscité. On le voit, certes, mais on ne le reconnaît pas, sinon à des signes comme le partage du pain (à Emmaüs), c’est-à-dire indirectement. Il est corporel, mais n’est plus soumis aux lois de l’espace et du temps. Vint le temps où il n’y eut plus rien à voir, sinon « son nouveau corps » qui prendra nom « Église ». C’est par notre corps en effet que nous sommes présents au monde et aux autres : il est à la fois fruit et instrument de nos relations. Relation à la création qui nous fait naître et nous nourrit. Relation avec les autres hommes, car nous ne communiquons avec eux que par nos sens corporels. Paul dit du corps ressuscité qu’il est « corps spirituel » (1 Co 15,44). Dieu par sa Parole nous demande de lui faire confiance et de rester dans l’espérance que nous sommes appelés à vivre avec Lui pour l’éternité.

Comme l’affirme le Catéchisme de l’Eglise Catholique au paragraphe 989 : Nous croyons fermement, et ainsi nous espérons, que de même que le Christ est vraiment ressuscité des morts, et qu’il vit pour toujours, de même après leur mort les justes vivront pour toujours avec le Christ ressuscité et qu’Il les ressuscitera au dernier jour (cf. Jn 6, 39-40). Comme la sienne, notre résurrection sera l’oeuvre de la Très Sainte Trinité.

Père Nicolas LELEGARD, curé

Contact
10 place de l'Eglise
78110 Le Vésinet
Tél. 01 39 76 52 03
fax : 01 39 76 62 72

P. Nicolas Lelégard, curé
Dominique de la Vallée Poussin, diacre