postheadericon Edito

Miséricorde, encore et encore…

La première motivation du fils qui a dépensé tout son héritage n’est pas l’amour de son père, son intérêt immédiat est de manger à sa faim ! Il ne pense pas du tout à retrouver son rang de fils. Il a d’ailleurs tué symboliquement son père en prenant sa part d’héritage, mais cherche simplement un travail qui le nourrisse. Malgré tout, il sait que son père est un bon maître et un homme juste, qu’il ne maltraite pas ses ouvriers et qu’il les nourrit correctement. Cet homme dépensier pèse les mots de son retour. Il dit ne plus vouloir être appelé fils.

Ainsi en est-il pour nous dans notre relation avec le Père. Comme nous avons la certitude que le Christ est mort pour la rémission de nos péchés, nous aurions une tendance à la facilité en se disant que tout est toujours pardonné par l’amour infini du Père grâce au sacrifice du Fils. Et c’est vrai ! Aucun homme ne peut tomber suffisamment bas pour que Dieu ne puisse aller le relever en lui proposant son amour. C’est sans doute ce que nous avons davantage compris en cette année jubilaire de la Miséricorde. En ce début d’année scolaire, avec les textes reçus ce dimanche, nous sommes comme relancés dans cette démarche de miséricorde et de pardon reçu et donné. Ne lâchons pas nos efforts en ce sens. Nous l’avons proclamé tout au long de cette année et nous allons continuer sans relâche.

En paroisse, un grand temps fort de rentrée nous est proposé en lien avec cette année particulière : nous rendre en pèlerinage à Versailles pour y passer la porte sainte de la cathédrale et y recevoir les grâces prévues par Dieu pour nous. Ne manquons pas ce rendez-vous : c’est le dimanche 2 octobre ! Les inscriptions sont possibles dès maintenant.

« Ainsi je vous le dis : Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. »

Père Nicolas LELEGARD

Contact
10 place de l'Eglise
78110 Le Vésinet
Tél. 01 39 76 52 03
fax : 01 39 76 62 72

P. Nicolas Lelégard, curé
Dominique de la Vallée Poussin, diacre