postheadericon Prier le Cœur de Jésus le premier vendredi du mois

Inscription pour la nuit d'adoration du Saint Sacrement le 1er vendredi du mois

Inscription pour la nuit d'adoration

En juin 1674, alors qu’elle est en adoration devant le Saint Sacrement, Jésus apparaît pour la deuxième fois à Sainte Marguerite Marie dans la chapelle de la Visitation de Paray-le Monial. Ce jour-là, il se présente à elle dans la gloire, les cinq plaies de sa Passion brillant comme cinq soleils. Son cœur transpercé plus resplendissant que tout, est la source vive de ces flammes : il manifeste jusqu’à quel excès le Seigneur a aimé les hommes pour lesquels il s’est livré sur la croix. Le Christ redit son amour infini pour les hommes et se plaint de l’ingratitude et du mépris obstinés qu’ils lui témoignent en retour, en particulier dans son Sacrement d’amour (l’Eucharistie).

Telle est l’origine de la dévotion au Cœur de Jésus le premier vendredi du mois demandé par Jésus à Sainte Marguerite Marie ainsi que l’heure sainte le jeudi. Ils sont des moments donnés au Seigneur pour s’unir à Lui en mémoire de la Cène et de sa Passion qui nous sauve. Il s’agit en quelque sorte d’accueillir le don du Cœur de Jésus dans notre pauvreté et lui montrer que son Sacrifice n’a pas été vain. C’est ce que Benoît XVI nous redit : « Contempler le côté transpercé par la lance, où s’exprime la volonté de salut sans limite de Dieu ne saurait être une dévotion passagère. L’adoration de l’amour de Dieu dont le Sacré Cœur est le symbole et l’expression d’une dévotion historique, demeure indispensable pour une relation à Dieu vivante. Les chrétiens ont le devoir de continuer à approfondir leur rapport au Cœur de Jésus, afin de raviver leur foi dans l’amour salvifique de Dieu. » Le bienheureux Jean Paul II insistait sur la dimension de réparation auprès du Seigneur : « Réparer le refus de la bonté et de l’amour de Dieu » par nous-mêmes et autour de nous, en l’adorant et en nous unissant à lui dans son Eucharistie. 

postheadericon Le Rosaire, prière du troisième millénaire

 Après que le Concile Vatican II ait rappelé l’importance de prier Marie, le bienheureux Jean-Paul II a proposé en 2003 la prière d’un Rosaire renouvelé et enrichi notamment des mystères lumineux. En 2011, le synode de notre diocèse encourage explicitement la pratique du chapelet.

En 1965, le Concile Vatican II avait rappelé l’importance de prier Marie, Mère de l’Eglise.

En 2003, dans l’encyclique « L’Eglise vit de l’Eucharistie » le bienheureux Jean-Paul II a proposé à l’Eglise pour le troisième millénaire la prière d’un Rosaire renouvelé et enrichi notamment des mystères lumineux :

« Contempler le visage du Christ, et le contempler avec Marie, voilà le « programme » que j'ai indiqué à l'Église à l'aube du troisième millénaire dans la ligne de l'héritage du Jubilé que j'ai voulu laisser à l'Église, par les deux lettres apostoliques « Au début du nouveau millénaire » en 2001 et par son couronnement marial, « Le Rosaire de la Vierge Marie » en 2002 ».

On peut donc dire que le Rosaire constitue, avec l’Eucharistie, le programme que Jean-Paul II a fixé pour l’Eglise du 3° millénaire. Nous sommes ainsi invités à vivre le Rosaire non comme une prière répétitive et routinière mais comme « la contemplation du Christ à l'école de Marie ». La familiarité avec les mystères joyeux, lumineux, douloureux et glorieux nous aide à vivre les évènements grands et petits de notre vie personnelle et collective sous le regard de Dieu ; ils ont effectivement un très riche contenu théologique et existentiel qui est, pourtant, compréhensible et accessible à tous. C’est pourquoi Jean-Paul II a toujours dit que « le Rosaire était sa prière préférée ».

En 2011, notre évêque Mgr Aumonier nous invite à faire des propositions supplémentaires de prière en semaine en mentionnant explicitement le chapelet ( § D16 des décrets synodaux)

Dans notre paroisse, le chapelet se pratique en communauté, de trois façons :

    •    Les jeudis pendant les périodes scolaires - éventuellement aussi pendant les vacances - après la messe de 9 heures, méditation des mystères lumineux : cette méditation se fait en s’accompagnant de textes de saints ou des papes.
    •    Le mardi et le vendredi après la messe de 10 h 45 : récitation des mystères douloureux.
    •    Le mercredi et le samedi après la messe de 9 h : récitation des mystères du jour.
    •    Le mois de mai, chaque jour, chapelet à domicile (liste des foyers d’accueil publiée par la paroisse).
Outre les intentions particulières, les chapelets sont priés :
    •    Le mardi, aux intentions des personnes malades ou handicapées.
    •    Le mercredi pour les enfants du catéchisme, les catéchistes et les jeunes
    •    Le jeudi pour la paix et pour les familles.
    •    Le vendredi pour les chrétiens persécutés.
    •    Le samedi pour la France et la nouvelle évangélisation.

Nous prions également tous les jours pour les prêtres et les vocations.
Il est évident que plus nous serons nombreux et fidèles, mieux notre prière sera écoutée du Seigneur.

postheadericon les équipes du Rosaire

Les équipes du Rosaire sont un mouvement de prière et un mouvement missionnaire.

Un groupe de personnes forme une équipe dans un quartier, un village… et se réunit une fois par mois, à la maison, pour vivre l’Evangile avec Marie, méditer ensemble la parole de Dieu, au moyen d’un feuillet mensuel édité par le mouvement, sous l’égide des Dominicains.

Tout naturellement, on s’imprègne de la Parole, et l’on vit un climat de confiance en partageant demandes et actions de grâce.

La prière personnelle : on est invité à méditer chaque jour chez soi un mystère du Rosaire suivi d’une dizaine de chapelets.

Croyants et personnes en recherche, tous sont invités.

Renseignements : J. Vaujour – Tel : 01 30 53 01 47

Contact
10 place de l'Eglise
78110 Le Vésinet
Tél. 01 39 76 52 03
fax : 01 39 76 62 72

P. Nicolas Lelégard, curé
Dominique de la Vallée Poussin, diacre